L'Élixir du Père Gaucher

 

 

 

Retour vers la page :
" Marcel Pagnol
et
Alphonse Daudet "

     
L'abbaye de Saint-Michel-de-Frigolet
(avec sa grande église néogothique).
Elle est située sur la Montagnette

(ensemble de collines boisées de pins, chères aux Avignonnais, au sud de Barbentane et à l'est du Rhône)

 
Au fond se profile le chaînon des Alpilles
situé au sud de Saint-Rémy-en-Provence et au nord des Baux-en-Provence.

Quelques éléments de l'histoire de Saint-Michel-de-Frigolet :
Dès le XIIe siècle, une communauté d'augustins est attestée en ces lieux.
En 1675, Notre-Dame de Frigolet est appelée Notre-Dame du Bon Remède.
Anne d'Autriche et Louis XIII y viennent en pèlerinage afin d'implorer la venue d'un enfant, (qui  sera Louis XIV) et font richement décorer la chapelle du Bon Remède, en offrande. 
En 1791, le monastère de Frigolet est fermé par les révolutionnaires.
De 1839 à 1841, le jeune Frédéric Mistral est élève à l'école de M.Donat à Saint-Michel de Frigolet.
En 1858, après une interruption, la vie conventuelle reprend. Le Père Edmond Boulbon,  avec quelques disciples, fonde à Frigolet une communauté de chanoines réguliers de l'ordre des Prémontrés.
En 1869, la communauté reçoit le titre d'abbaye et le Père Edmond en est le premier abbé.
En 1880, fermeture de l'abbaye par le gouvernement. C'est le siège de Frigolet par les troupes.
En 1903, suite à de nouvelles lois anticléricales, les bâtiments sont confisqués et les religieux sont obligés de partir en exil. Ils s'installent à Leffe (Dinant) en Belgique, puis reviennent discrètement vers 1922.
En 1982, en l'honneur de Notre-Dame du Bon Remède et vu l'afflux de pèlerins, le pape Jean-Paul II élève l'église au rang de basilique.
En 1988, une communauté de Sœurs de Saint-Charles de Nancy s'installe à Frigolet et participe à la vie des Prémontrés.

Réf. : L'abbaye de Saint-Michel de Frigolet (Texte : Communauté de Frigolet - Éditions Ouest France). Disponible à la boutique de l'abbaye.
         Guides Gallimard (Bouches-du-Rhône).

L'Élixir du Père Gaucher
(Sketche du film Les Lettres de mon Moulin de Marcel Pagnol - 1954)

En 1954, Marcel Pagnol  réalise " Les Lettres de mon Moulin " , film composé de plusieurs scketches inspirés de nouvelles d'Alphons Daudet
(Prologue ; inspiré de La Diligence de Beaucaire - L'Élixir du Père Gaucher - Le Secret de Maître Cornille - Les Trois Messes Basses).

L'Élixir du Père Gaucher :
Le film de Marcel Pagnol reprend fidèlement la trame de la nouvelle d'Alphonse Daudet.
La communauté des pères et des frères de l'abbaye est ruinée. Les moines pensent qu'il ne reste plus qu'à partir.
" Le fait est que les infortunés pères blancs en étaient arrivés eux-mêmes à se demander s'ils ne feraient pas mieux de prendre leur vol à travers le monde et de chercher pâture chacun de son côté."
Mais le frère Gaucher propose de lancer la production d'un élixir dont la recette lui avait été donnée par tante Bégon...
" Quand on le vit entrer dans la salle du chapitre, simple et balourd, saluant l'assemblée la jambe en arrière, prieur, chanoines, argentier, tout le monde se mit à rire. (...) Mes révérends, fit-il d'un ton bonasse en tortillant son chapelet de noyaux d'olives, on a bien raison de dire que ce sont des tonneaux vides qui chantent le mieux. Figurez-vous qu'à force de creuser ma pauvre tête déjà si creuse, je crois que j'ai trouvé le moyen de nous tirer tous de peine.
" Voici comment. Vous savez bien, cette brave femme qui me gardait quand j'étais petit. (...)
Voire, elle avait composé, sur la fin de ses jours, un élixir incomparable en mélangeant cinq ou six espèces de simples que nous allions cueillir ensemble dans les Alpilles." 

La réussite conduit au renouveau de l'abbaye.
" Grâce à la vogue de cet élixir, la maison des prémontrés s'enrichit rapidement. On releva la tour Pacôme. Le prieur eut une mitre neuve,
l'église
de jolis vitraux ouvragés..."

Le frère Gaucher, élevé au rang de père, travaille de plus en plus à la distillerie, mais il a tendance à vouloir trop goûter à ses préparations, afin de vérifier la qualité de l'élixir.
" Figurez-vous qu'un soir, pendant l'office, il arriva à l'église, dans une agitation extraordinaire. (...) Tout à coup, au beau milieu de l'Ave verum, voilà mon père Gaucher qui se renverse dans sa stalle et entonne d'une voix éclatante :
                                                              Dans Paris, il y a un père blanc,
                                                              Patatin, patatan, tarabin, taraban...
Consternation générale. Tout le monde se lève. On crie : " Emportez-le...il est possédé ! "

Le lendemain, étant dégrisé, le père Gaucher va se repentir auprès du père prieur, et lui expliquer qu'il est obligé de goûter à l'élixir pour maintenir la qualité, mais qu'il ne sait pas s'arrêter. Le père prieur lui propose de compter les gouttes pour limiter la dégustation.
" Hélas, le pauvre révérend eut beau compter ses gouttes...le démon le tenait, et ne le lâcha plus." (...)
" - Mais je vous avis dit de compter vos gouttes.
- Ah ! bien oui, compter mes gouttes ! c'est par gobelets qu'il faudrait compter maintenant..."
Finalement, afin de sauver l'âme du Père Gaucher le père prieur décide :
" - Eh bien, rassurez-vous... Dorénavant, tous les soirs à l'office, nous réciterons à votre intention l'oraison de saint Augustin à laquelle l'indulgence plénière est attachée... Avec cela, quoi qu'il arrive, vous êtes couvert... C'est l'absolution pendant le péché. "
Extraits de : L'Éixir du révérend père Gaucher - Alphonse Daudet.
C'est ainsi que la production d'élixir a pu continuer pendant longtemps.

Les lieux de tournage de certaines scènes
de
L'Élixir du Père Gaucher

Plusieurs scènes d'intérieur sont tournées dans le cloître, la salle de réfectoire, le chapitre et l'église Saint-Michel.
Le " cloître " est constitué d'une galerie qui entoure sur quatre côtés un petit jardin.
Cette galerie donne accès aux différents lieux communautaires.
C'est un lieu de silence et de paix qui invite au recueillement.
Alphonse Daudet en parle de façon humoristique et plutôt difficile à envisager vu l'exéguité des lieux :
" Vous aurez pour votre gouverne que ce frère Gaucher était le bouvier du couvent ; c'est à dire qu'il passait ses journées à rouler d'arcade en arcade dans le cloître, en poussant devant lui deux vaches éthiques qui cherchaient l'herbe aux fentes des pavés."
La grande salle de réfectoire où sont pris les repas en commun.
Le " chapitre " est la salle de réunion officielle de la communauté.
Chaque jour, la communauté y écoute un fragment de la Règle de saint Augustin.
" Quand on le vit entrer dans la salle du chapitre, simple et balourd, saluant l'assemblée la jambe en arrière, prieur, chanoines, argentier, tout le monde se mit à rire. "
L'église Saint-Michel, à l'entrée de l'abbaye.
" Au jour tombant, quand sonnait le dernier angélus, la porte de ce lieu de mystère (la distillerie) s'ouvrait discrètement,
et le révérend se rendait à l'église pour l'office du soir."

Retour vers la page :
" Marcel Pagnol et Alphonse Daudet "