Marcel Pagnol et Jean Giono

 

 

Accueil 
Aubagne 
Marcel Pagnol 
Famille Pagnol 
Album 
Brochure 
 Petit Monde 
Collines 
Les plantes 
Circuits 
 Font de Mai 
La Treille 
La Buzine 
Le Castellet 
Cassis 
La Ciotat 
La Colle sur Loup 
Marseille 
Pont du Gard 
Ma Provence 
Liens 

 

 

 

 

 

 

Bas de page :
Liens avec
les pages
(sous-dossiers)
de la page  en cours :
" Marcel Pagnol et
Jean Giono ".

Sur le Livre d'or du " Centre Jean Giono " à Manosque...

Marcel Pagnol et Jean Giono
sont nés, le premier à Aubagne, et le second à Manosque, deux petites villes de Provence.

La maison natale de Marcel Pagnol,
16, cours Barthélemy, à Aubagne.
Marcel Pagnol est né le 28 février 1895, dans la pièce située
à droite, au dernier étage de cette maison. 
" Un autre souvenir d'Aubagne, c'est la partie de boules sous les platanes du Cours. Mon père, parmi d'autres géants, faisait des bonds prodigieux,
et lançait une masse de fer à des distances inimaginables.
"
(La Gloire de mon Père - chapitre IV.)

   La maison natale de Jean Giono,
à l'angle de la rue Torte et de la rue Grande, à Manosque.

Jean Giono est né le 30 mars 1895 dans cet immeuble,
mais il n'y a demeuré que quelques jours.
Il a passé son enfance dans la maison située juste en face :
  14, rue Grande.
Jean Giono évoque cette maison dans Provence perdue :
 
" À trois : mon père, ma mère et moi, nous avions tout l'espace qu'il nous fallait : une immense maison (au numéro 14, Grand-Rue) de plus de vingt pièces, chacune de quoi faire du cheval ; des plafonds plus hauts que la nuit."


La vieille ville d'Aubagne
dominée par le clocher de l'Église et la tour de l'Horloge.


" C'était une bourgade de dix mille habitants, nichée sur les coteaux
de la vallée de l'Huveaune, et traversée par la route poudreuse qui allait
de Marseille à Toulon." (La Gloire de mon Père - chapitre 3.)

L'église Saint-Sauveur au centre de Manosque,
à l'intérieur des remparts.
Angelo, le héros du Hussard sur le toit, parcourt la ville en restant sur les toits pour éviter le choléra qui sévit.
Il distingue alors le clocher de l'église Saint-Sauveur.

" Il s'était levé un vent chaud très souple qui attisait les étoiles et faisait balancer et bruire le feuillage des arbres. Un tintement [...] fit lever les yeux d'Angelo, qui distingua dans la nuit, pas très loin de lui, la cage de fer d'un clocher."

Les barres du Saint-Esprit, au sommet desquelles Marcel Pagnol
a fait construire par Marius Broquier, le  " faux " village d'Aubignane pour le tournage du film Regain.
" Au bord des rues pleines d'herbes, il y a de grands murs en ruine qui se penchent les uns vers les autres... Seule, une maison est restée debout. C'est celle de Panturle, l'un des derniers habitants."
(Regain - Première partie du scénario - scène II : Au village.)

Le vieux village en ruines de Redortiers, abandonné après la guerre
de 1914-1918. Jean Giono l'a rebaptisé Aubignane dans Regain. 
" Aubignane est collé contre le tranchant du plateau comme un petit nid de guêpes ; et c'est vrai, c'est là qu'ils ne sont plus que trois."   
(Regain - chapitre II.)

Liens avec les pages (sous-dossiers) de la page en cours :
" Marcel Pagnol et Jean Giono "

Les films de Marcel Pagnol
tournés à partir des œuvres littéraires de Jean Giono

Marcel Pagnol et Jean Giono
(Regain et le village de Redortiers)
   


  LE CENTRE JEAN GIONO
 3, bd. Élémir-Bourges
04100  Manosque
  Site Internet : www.centrejeangiono.com

Pour partir à la découverte de la Haute-Provence, de Manosque, de Redortiers...
Le Centre Jean Giono propose un ouvrage de référence comprenant : des itinéraires détaillés, des cartes topographiques à l'appui,
des commentaires littéraires et des photographies.
" 10 balades littéraires à la rencontre de Jean Giono "
Textes et itinéraires de Jean Louis Carribou
Photographies de François-Xavier Émery
Collection Marcher un livre à la main
Éditions
le bec en l'air

Marcel Pagnol et Jean Giono
(retour haut de page)