Le Moulin de Daudet, "Le Secret de Maître Cornille"
Les moulins de Fontvieille

 

 

 

Retour vers la page :
" Marcel Pagnol
et Alphonse Daudet "

 


Depuis l'Antiquité, le territoire  de Fontvieille, par sa situation, a été un lieu de prédilection pour la construction de moulins à blé. Sur le territoire de Fontvieille, la meunerie gallo-romaine hydraulique de Barbegal en reste un témoignage. Les moulins à vent des collines autour du village ont fonctionné du XVIII
e siècle jusqu'au tout début XXe siècle ; ils attestent de la continuité de cette activité.  
Alphonse Daudet en a fait le théâtre d'une des nouvelles des
" Lettres de mon Moulin " :
Le Secret de Maître Cornille.
 

   

" Tout autour du village, les collines étaient couvertes de moulins à vent. De droite et de gauche, on ne voyait que des ailes qui viraient au mistral par-dessus les pins, des ribambelles de petits ânes chargés de sacs, montant et dévalant le long des chemins ; et toute la semaine c'était plaisir d'entendre sur les hauteurs le bruit des fouets, le craquement de la toile et le Dia, hue ! des aides-meuniers...
Le dimanche, nous allions aux moulins, par bandes. Là-haut, les meuniers payaient le muscat. Les meunières étaient belles comme des reines, avec leurs fichus de dentelles et leurs croix d'or. Moi, j'apportais mon fifre, et jusqu'à la noire nuit on dansait les farandoles.
Ces moulins-là, voyez-vous, faisaient la joie et la richesse de notre pays. "
(Les Lettres de mon Moulin - Le secret de Maître Cornille - Alphonse Daudet.)


Les moulins des collines, utilisant les vents dominants comme énergie, sont au nombre de quatre :

- Le " Moulin Saint-Pierre " (ou Ribet) est devenu célèbre dans le monde entier sous le nom de " Moulin de Daudet ". Construit en 1814, il a fonctionné jusqu'en 1915. Il n'a pas pu résister, comme tous les autres moulins à vents, à la pression des minoteries industrielles.
- Le " Moulin Tissot " qui appartenait au père Tissot, est le plus proche du château de Montauban. Alphonse Daudet avait même projeté de l'acheter. 
Il est situé sur la colline qui surplombe le château ; c'est le plus à l'est des quatre. Daudet aimait s'y rendre, lors de ses séjours au château, pour discuter avec le père Avon et son fils Trophime qui en fut le dernier meunier, jusqu'en 1905.
- Le " Moulin Ramet " est le plus proche du village. Il a cessé de fonctionner vers 1900.
Ces trois moulins s'échelonnent lorsqu'on gravit la colline qui surplombe le village, au sud.
- Le " Moulin Tombé " a été longtemps appelé " Moulin Sourdon ", avant de perdre son faîte, ce qui lui a valu son nom actuel. Il est le plus ancien des moulins à vent de Fontvieille. D'après un acte notarié, il tournait déjà en 1791 ; il est resté en fonction jusqu'aux années 1870.
Situé sur une colline, au sud-est de Fontvieille, il reste un peu à l'écart du circuit habituel des promeneurs.

Le " Moulin de Daudet "
Le " Moulin de Daudet " 
(moulin Saint-Pierre ou Ribet).

Vue du sommet de la colline vers Fontvieille et la plaine d'Arles.
 Les ailes du moulin sont définitivement orientées nord-est, face au vent dominant dans la région : le Mistral.
Une autre vue du Moulin de Daudet.

 

 

 

Le " Moulin de Daudet " 
(moulin Saint-Pierre ou Ribet),
en activité vers 1880.
(Carte postale.)

 

 

Le " Moulin de Daudet " vers 1925. Abandonné vers 1915, il est rapidement devenu une ruine.
La structure supérieure tournante portant la toiture et les ailes
a disparu.

" Malheureusement, des Français de Paris eurent l'idée d'établir une minoterie à vapeur, sur la route de Tarascon. Tout beau , tout nouveau ! Les gens prirent l'habitude d'envoyer leurs blés aux minotiers, et les pauvres moulins en restèrent sans ouvrage. Pendant quelques temps ils essayèrent de lutter, mais la vapeur fut la plus forte, et l'un après l'autre, pécaïre ! ils furent tous obligés de fermer..." (Les Lettres de mon Moulin - Le secret de Maître Cornille - Alphonse Daudet.)

Structure du " Moulin de Daudet ",
exemple de moulin à vent à calotte tournante.

                                         Construction :
 Ce type de moulin à vent est formé d'une solide tour, haute de cinq à six mètres et de 4 mètres de diamètre.
Maçonnée, elle constitue une solide embase. La pièce du bas sert de bluterie, et le meunier y dort en période de travail.
La pièce du haut est réservée aux meules et à l'ensemble du mécanisme en bois. C'est le corps du moulin. Lorsque les maçons ont terminé, les fustiers commencent leur ouvrage. Ce sont souvent des charpentiers de marine, car la construction de la calotte tournante, des ailes et du mécanisme tout en bois, demande des connaissances techniques approfondies et un grand savoir-faire.

                               Constitution du mécanisme :
La calotte orientable coiffe le moulin. Ce cône supporte les ailes (1) qui font tourner la poutre (2) et communiquent leur mouvement de rotation aux engrenages (3) et (4), avec un renvoi d'angle afin de transformer un mouvement quasi horizontal en un mouvement vertical.
Le blé est moulu entre la meule tournante supérieure (5) actionnée par l'arbre vertical solidaire de l'engrenage (4), et la meule inférieure fixe dite meule dormante. Ces meules sont en pierre très dure comme le granit, et rainurées afin de broyer efficacement les grains de blé et diriger le blé moulu vers l'extérieur des meules. Elles ne doivent jamais tourner sans qu'il y ait une couche de grains entre elles. Le blé à moudre est placé dans une trémie
inclinée qui alimente les meules. Ce blé est introduit entre les meules par un orifice central de la meule supérieure. Le blé moulu est recueilli par une carène en bois en forme de gouttière, faisant le tour des meules. 
Le blé moulu deviendra farine après tamisage

Meule tournante rainurée
exposée devant le " Moulin de Daudet "
(voir première photo en haut de page).
Au centre, l'orifice permettant l'introduction du blé et les encoches de fixation de l'arbre de rotation vertical.

 

(Photo de gauche.)
Les ailes du moulin (1) sont solidaires de la poutre (2) qu'elles actionnent en tournant. Les ailes prenaient le vent grâce à la toile (du type toile de voile à bateau) dont elles étaient couvertes.
L'ensemble calotte-ailes-poutre, était orientable afin de placer les ailes face au vent.

L'ensemble calotte-ailes-poutre peut tourner sur un rail circulaire en bois. Une perche permet de bloquer la calotte dans une position afin de pouvoir orienter les ailes face au vent. Axe vertical transmettant le mouvement de rotation
à la meule tournante.

 

Le meunier remplit de blé la trémie inclinée
afin de laisserglisser les grains
vers l'orifice central de la meule tournante.

(Photos prises à l'intérieur du " Moulin de Daudet ").

Les vents dominants

 " N'allez pas là-bas, disait-il ; ces brigands-là, pour faire le pain, se servent de la vapeur, qui est une invention du diable, tandis que moi,
je travaille avec le mistral et la tramontane, qui sont la respiration du bon Dieu... et il trouvait comme cela une foule de belles paroles à la louange des moulins à vent, mais personne ne les écoutait ."

(Les Lettres de mon Moulin - Le secret de Maître Cornille - Alphonse Daudet.)
Une rose des vents située à l'intérieur du moulin donne la direction des vents.
Les collines de Fontvieille recevraient trente-deux vents différents.

Les autres moulins à vent de Fontvieille
Le moulin Tissot.
Le moulin Ramet.

Le moulin Tombé.

" Puis, un matin, maître Cornille mourut, et les ailes de notre dernier moulin cessèrent de virer, pour toujours, cette fois... Cornille mort, personne ne prit sa suite. Que voulez-vous, monsieur !... tout a une fin en ce monde, et il faut croire que le temps des moulins à vent était passé comme celui des coches du Rhône, des parlements et des jaquettes à grandes fleurs."
(Les Lettres de mon Moulin - Le secret de Maître Cornille - Alphonse Daudet.)

Quelques ouvrages  de référence :
- Le Moulin de Daudet (Édition P.E.C.) ; en vente au Moulin de Daudet.
- Provence des moulins à vent (Édisd) ; ce livre très documenté au niveau historique, technique... comporte notamment une carte détaillée des sites de tous les moulins à vents de Provence, du delta du Rhône jusquau Var.

Documents photographiques :
- Toutes les photographies ont été réalisées par Georges Berni (les 8 et 15-05-2011).

Retour vers la page :
" Marcel Pagnol et Alphonse Daudet "