Marcel Pagnol et Jean Giono
Regain
Aubignane et Redortiers

 

 

 

Retour vers la page :
" Marcel Pagnol
et Jean Giono "

 


Redortiers :
Ce village de Haute-Provence, abandonné après la guerre de 1914-1918,  
inspire Jean Giono lorsqu'il écrit Regain en 1929.
Dans le roman, le village s'appelle Aubignane.
Dans son film Regain (adaptation du roman de Jean Giono) Marcel Pagnol appelle aussi Aubignane le village construit pour les besoins du film sur les barres du Saint-Esprit, dans les collines d'Aubagne.
Album : Dans les pas de Marcel Pagnol
(chapitre 7- Les barres du Saint-Esprit ; chapitre 10 - La maison de Panturle)
Album : Dans les pas de Marcel Pagnol 

   

Le village de Redortiers dévale à partir du sommet d'une colline de la région du Contadour.
" Les cinq ou six maisons sans toitures, rongées de vent et de pluie, la petite chapelle du clocher écroulé, étaient rangées comme le sont les chapelles dans les villages vivants, mais toute vie avait disparu. [...] En 1913, ce hameau de dix à douze maisons avait trois habitants. " (L'homme qui plantait des arbres - Jean Giono.)
(Toutes les photographies ont été réalisées par l'auteur du site " Marcel Pagnol en Provence ", le vendredi 5 novembre 2010.)

" Le village de Regain qui s'appelle Aubignane, dans le livre (de Jean Giono) 
et dans le film
(de Marcel Pagnol)
, s'appelle,
là-haut, Redortiers. Il est aussi terrible à voir qu'un visage mangé par les renards. " (Préface de Regain.)

 

Le sentier  serpente vers
le sommet 
(côté nord-ouest).

La tour de guet protège toujours le site.

 

Chêne pubescent aux couleurs de l'automne.

 

 

 

 

Une ancienne bergerie a été construite à
mi-côte, sur un redan, 
au milieu de prés qui devaient servir au pâturage des moutons.  

 

 

Deux accés à l'intérieur
de l'enceinte
du village :
(à gauche)
accès côté est,
vers le petit vallon
 et la source,
par un sentier
très escarpé ;

(à droite)
accés côté nord-ouest.
Le mur d'une maison d'habitation est encore debout.

Le sentier
serpente dans
le village vers
le sommet
de la colline.

Un bloc situé sur une murette,
à l'entrée du village,
porte son nom.

 

Murette de soutènement et maison du village.

                 Vue panoramique vers les plateaux de Haute-Provence 
                              à partir du sommet de la colline.
La tour de guet devait servir de donjon, et  sans doute aussi de réserve à provisions.

Au fond du petit vallon se trouve la source qui alimente une fontaine toujours en fonction, permettant d'alimenter le village.
Mais il fallait remonter l'eau à dos d'âne (sans doute) pour remplir les citernes.

Voici deux des nombreuses citernes du village.
Elles devaient être régulièrement remplies avec l'eau que les villageois allaient chercher à la source,
située dans le petit vallon, en contrebas. Une réserve d'eau importante était nécessaire pour ce village fortifié.

(Il est d'ailleurs recommandé de se déplacer uniquement le long des sentiers tracés, pour ne pas risquer de tomber dans une citerne.)

En redescendant par le sentier (côté nord-ouest) :
le cimetière situé à l'écart et en contrebas du village.

Le petit cimetière est entouré d'un mur de pierres sèches.
Deux des stèles portent des inscriptions bien visibles, avec le nom des défunts et la date de leur décès : 1883 et 1918.
La dernière inhumation a eu lieu en 1918.
Le village a été rapidement abandonné après la grande guerre de 1914-1918.

Au fond du petit vallon (côté est) dominé par le village :
la source et la fontaine.

" Presque en bas, il y a un peu de terre molle et le poil raide d'une pauvre oseraie. Dessous, c'est un vallon étroit et un peu d'eau. "
(Regain - chapitre II.)

L'eau de la  fontaine s'écoule par un tube métallique dans un canal en pierres taillées. Les pierres du rebord, usées et lissées, montrent qu'il servait de lavoir.  

partir du site de la fontaine, la tour de guet du vieux village de Redortiers apparaît, tout en haut de la colline.)

Comment accéder à Redortiers

 

À partir de Banon (Haute-Provence) :
D950 en direction de Revest-du-Bion ;
4 km plus loin, D5 à droite en direction de Redortiers, Contadour.
Avant l'accès à Redortiers,un petit chemin mène à l'école des Sartrons visible depuis la route. Pour se rendre ensuite au vieux village de Redortiers, continuer en voiture sur la route jusqu'au parking indiqué sur la carte IGN. Dix mètres plus loin, prendre
sur la droite un chemin goudronné en pente qui conduit au bas de la colline sur laquelle
se trouve Redortiers.
Arrêter la voiture à l'embranchement situé au bas de la pente et se garer :
- le chemin qui prend sur la gauche est celui qui a été suivi lors de cette promenade de découverte du site.
Remarque : On peut aussi prendre un sentier balisé jaune et rouge qui monte directement, mais en pente raide, vers le vieux village.
- la piste, qui continue dans l'axe du chemin goudronné que l'on vient de suivre pour descendre jusqu'au croisement, permet d'accéder à la fontaine (600 mètres environ).

L'école du hameau des Sartrons.
" Cette ancienne école d'une autre génération, signée Jules Ferry, solitaire et abandonnée, est une énigme et un symbole en même temps [...]
C'est l'école du désert, celui de la Haute-Provence. L'exode rural l'a rendue encore plus émouvante [...] Giono aimait cette école où sa femme, Élise, fut institutrice quelques mois pendant la Grande Guerre
(de 1940-1944). "
Référence : " 10 balades littéraires à la rencontre de Jean Giono "
Textes et itinéraires de Jean Louis Carribou
Photographies de François-Xavier
Éditions le bec en l'air
Disponible au Centre Jean Giono - Manosque

 

 

(Carte IGN n° 3240 OT  au 25 000ème  de la région
Banon - Sault - Plateau de Saint-Christol.)

 

(Cette carte a été annotée par JPL que je remercie pour
sa participation à l'élaboration détaillée de l'accès
au site de Redortiers.)

Remarque : Si la voiture reste garée au parking situé près de la route, il est recommandé de ne pas empêcher l'accès à la borne d'incendie.

Retour vers la page :
" Marcel Pagnol et Jean Giono "